Ratelle | Joliette & Repentigny
Menu

3 mars 2021

Cindy-Lou Shapcott, M.adm., CRHA

Stratège en relève

Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle (IE)? L'intelligence émotionnelle est une combinaison d'aptitudes émotionnelles et sociales qui, ensemble, établissent la façon dont nous :

  1. Comprenons et communiquons nos émotions
  2. Connectons avec les émotions des autres
  3. Gérons les relations humaines et le stress
  4. Utilisons les informations émotionnelles de façon efficace et significative

L’impact de l’intelligence émotionnelle en chiffres!

D’après le docteur Travis Bradberry, les gens possédant une haute IE gagnent en moyenne 29 000 $ de plus annuellement que leurs homologues avec une IE inférieure.

Le lien entre l'IE et le salaire est si direct que chaque pointage de l’évaluation ajoute 1 300 $ au salaire annuel. Ces découvertes sont vraies pour des gens travaillant dans toutes les industries, à tous les niveaux hiérarchiques, et ce, dans n’importe quelle région du monde. La recherche n’a pas encore été en mesure de trouver un emploi dans lequel la performance et la rémunération ne sont pas étroitement liées à l'intelligence émotionnelle. 90 % de ceux qui ont un excellent rendement ont aussi un quotient intellectuel (QE) élevé. Le QE est d'ailleurs responsable de 58 % de la performance, quel que soit le type d’emploi exercé.

Les 4 composantes de l’intelligence émotionnelle

Dans un premier temps, il y a les compétences dites « personnelles » : comment je gère mes émotions. Dans un deuxième temps, il y a les compétences dites « sociales » : comment je gère et perçois les émotions des autres.

La première composante consiste à être capable d’identifier ses émotions (généralement, nous ne sommes pas très pas bons là-dedans!) C’est la première chose à travailler si nous n’avons pas encore développé cette habileté. La deuxième composante, c’est la maîtrise de soi (gérer ses émotions). Vous perdrez toute crédibilité si vous pensez gérer les émotions des autres sans être en mesure de gérer les vôtres! La troisième composante consiste à percevoir les émotions des autres. Il s’agit de développer votre conscience sociale. La quatrième composante consiste à adapter votre comportement en fonction des émotions d’autrui. Il s’agit de la gestion des relations.

Identifier ses émotions

Il existe sept (7) émotions principales, selon James J. Heckman :

  1. La joie
  2. La tristesse
  3. La colère (cache souvent une autre émotion)
  4. La peur
  5. La honte
  6. La surprise
  7. Le dégoût

L’intensité de l’émotion ou sa combinaison donnera lieu à une variété de sentiments! Par exemple, la joie intense (joie + joie) peut donner lieu à un sentiment d’extase. La joie combinée à la peur (joie + peur) peut donner lieu à un sentiment de surprise. La tristesse combinée à la peur (tristesse + peur) peut donner lieu à un sentiment d’anxiété.

En général, nous avons développé une certaine aisance à identifier nos émotions principales, mais il nous ait beaucoup plus difficile d’identifier comment nous nous sentons face aux différentes situations auxquelles nous sommes quotidiennement confrontés et pourquoi nous agissons ou réagissons d’une manière ou d’une autre. Enfin, nos comportements sont intrinsèquement reliés à une réponse ou à un besoin qui est ou non comblé. Mais quels sont ses fameux besoins?

Les besoins vitaux du cerveau

David Rock a établi le modèle SCARF qui comprend cinq (5) besoins fondamentaux qui seraient les modulateurs de ces deux types de réponses neurologiques :

  1. Lorsqu’on arrive à combler ces besoins, on assiste à un haut niveau de confiance et de collaboration.
  2. À l’inverse, lorsqu’on les menace, il apparaît le mode défensif, celui de survie et d’évitement.

Les cinq (5) besoins fondamentaux sont :

  1. Statut : votre importance relative aux autres, le besoin de reconnaissance et d'appréciation envers qui je suis ;
  2. Certitude : besoin de comprendre ce qui se passe, de prévoir ou de planifier l’avenir ;
  3. Autonomie : besoin de prendre vos propres décisions et d’avoir une liberté de pensée et d’action ;
  4. Relationnel : besoin d’interagir avec des personnes de confiance et besoin d’amour ;
  5. Justice (fairness) : besoin d’être traité de manière juste et équitable par rapport aux autres.

Le cabinet offre d'ailleurs plusieurs formations à cet effet, dont une en deux volets qui aborde plus particulièrement l’IE et dont le deuxième volet consiste en un atelier de mise en pratique de nos habiletés en IE.

Le contexte, la mouvance et le changement perpétuel exigent des gestionnaires actuels de fortes compétences sur le plan interpersonnel et un degré élevé de conscience de soi et, par le fait, même d’intelligence émotionnelle.


Au plaisir de vous conseiller,

Cindy-Lou Shapcott, M.adm., CRHA