Ratelle Avocats & notaires
Menu

18 mars 2020

Cindy-Lou Shapcott, M.adm., CRHA

Conseillère en développement organisationnel

C’est la cohue et tout le monde est un peu dépassé dans l’application et la mise en œuvre des différentes mesures à prendre. Le COVID-19 est, en effet, un cas de force majeure, un événement imprévisible et irrésistible. Cette situation permet à l’employeur d’être déchargé ou de reporter certaines responsabilités. Évidemment, nous sommes toujours à nous demander ce que nous ferons demain ou la semaine prochaine.

Par contre, qu’en est-il des mois à venir et des impacts à long terme sur nos activités? Avez-vous un plan de continuité des opérations? Êtes-vous prêts à faire place à une fermeture ou à des mises à pied? Nous pouvons vous aider tant dans l’interprétation de vos contrats que l’établissement d’un plan de continuité des opérations.

Cette situation aura des effets directs sur les entreprises en raison de la diminution des heures de travail. Vous devez considérer les principaux scénarios qui pourraient s’offrir à vous et investir dans des mesures d’intervention et de gestion de crise appropriées auprès de vos ressources humaines. À cet égard, nous sommes bien placés pour vous guider à faire des choix raisonnables et judicieux. 

Afin d’éviter l’immobilité, les entreprises doivent se doter d’un plan de continuité des opérations ou le mettre à jour, s’il existe déjà. Ce plan est évolutif et peut changer régulièrement. Il consiste pour l’entreprise à dresser la liste des opérations prioritaires à maintenir en cas d’absence de plusieurs employés. Il faut d’ailleurs identifier les ressources associées à chacune de ces opérations. 

Le plan de continuité des opérations sert à :

Identifier les activités critiques et les ressources clés

L’option de la diminution de la prestation de travail ou même l’arrêt temporaire de certaines fonctions de support peut être envisagé. Ici, il est question de faire avec le minimum afin de diminuer l’impact « post-crise ». Une fois que les opérations et les ressources prioritaires sont bien identifiées, il faut se demander si ces opérations sont possibles en télétravail. Si tel est le cas, il faut évaluer les besoins au niveau matériel et s’interroger sur la sécurité informatique nécessaire. Si l’option du télétravail n’est pas possible, vous devez vous assurer de suivre les recommandations sanitaires et de mettre en place des mesures préventives qui seront respectées par tous.

Diminuer vos coûts et bien gérer vos liquidités

Il est très important également d’identifier les indicateurs financiers que vous devrez suivre pour vous assurer de survivre à cette crise. Par exemple, vous pouvez établir un seuil minimal de liquidité avant de procéder à des mises à pied. Vous pouvez garder un œil sur vos commandes de produits et anticiper les revenus potentiels pour les prochains mois. De plus, vous pouvez évaluer et confirmer si votre marge de crédit est suffisante pour faire face aux imprévus. Vous pouvez finalement informer et échanger avec vos fournisseurs et vos clients en ce qui concerne les termes de paiement possibles.

Gérer vos ventes ou services pour mieux les repartir après la crise

À cela s’ajoutent plusieurs autres questionnements. Il faut identifier les produits ou les services qui pourront continuer pendant la crise. Il faut savoir s’il est nécessaire de prévoir un plan afin de repartir ses activités habituelles après la crise. Il faut également s’interroger à savoir s’il y a des opportunités qui peuvent émaner de cette crise.

Assurer des suivis et une bonne communication avec tous vos partenaires

Il est également primordial d’adopter une communication constante avec ses employés afin de calmer l’affolement qu’une telle crise peut provoquer. Ceci vaut autant pour les clients que les fournisseurs et autres partenaires d’affaires. De plus, si l’entreprise entrevoit une baisse de ses activités étant donné un ralentissement économique dans son secteur, il vaut mieux faire preuve de transparence pour éviter l’incertitude et les rumeurs.

« Finalement, appelons que la fidélisation des employés demeure un enjeu crucial pour les entreprises. Lorsque la crise sera passée, ce sont toutes les mesures de soutien aux employés que les employeurs auront pu mettre en place, dans le respect de leurs capacités, qui pourront faire la différence et fidéliser les gens. »

De toute l’équipe Ratelle, nous vous souhaitons bonne continuité. N’hésitez pas à faire appel à notre expertise afin de vous épauler pour faire face à ces moments difficiles.


Au plaisir de vous conseiller,

Cindy-Lou Shapcott, CRHA