Ratelle Avocats & notaires
Menu

6 février 2020

Me Marie-Éveline Préville

Avocate et médiatrice accréditée en matière civil

Cette publication fait suite à l’article « Transfert d’entreprise : perspective du repreneur » dont nous vous invitons à en faire la lecture.


Outre les aspects fiscaux et transactionnels, le transfert d’entreprise est un long processus qui comprend de nombreux éléments, que ce soit la gestion du changement, le plan de transition, la planification stratégique, la préparation et la planification de la relève ainsi que le transfert de connaissances.

Puisqu’à tout cela s‘ajoute certains éléments intangibles, il est recommandé d’être accompagné d’une personne détenant sa certification en transfert d’entreprise qui deviendra un véritable guide pour vous soutenir dans les différentes étapes. Savez-vous comment vous y prendre pour faire face à ce grand changement?

Les conditions vers le succès

Les conditions pour mettre en place une saine gestion du changement, dans le cadre du transfert d’une entreprise, reposent sur les prémisses suivantes : il faut s’assurer qu’il y a un arrimage entre le cédant et le repreneur dans la vision de l’entreprise, dans la culture souhaitée par le cédant et celle du repreneur, dans leurs personnalités, leurs styles de leadership, leurs motivations et leurs valeurs afin que les cultures des deux entreprises puissent coexister et s’intégrer.

Une saine gestion du changement accorde aux personnes visées par le processus (employés, gestionnaires et autres) un temps d’adaptation et un temps d’appropriation. De plus, il faut anticiper les réactions et gérer les préoccupations légitimes des parties visées par le changement.

La gestion des préoccupations

Ainsi, il faut gérer les préoccupations centrées sur l’organisation, la nature du changement et l’expérimentation, en expliquant l’importance du changement, en clarifiant les objectifs, en démontrant la vision et l’adhésion de la haute direction, en impliquant les destinataires dans la mise en œuvre du changement, en gérant la charge de travail sainement et le transfert des apprentissages et en créant une atmosphère de résolution des problèmes.

Ce n’est que si l’on se penche sur les préoccupations légitimes et qu’on y accorde une écoute que l’on pourra progresser dans le changement au lieu de faire face à une résistance et un blocage. C’est donc le rôle de l’accompagnateur d’agir en amont pour favoriser la réussite avant, pendant et après le transfert.

À RETENIR

Le plan de transition au niveau de la gestion du changement devrait prévoir cinq étapes :

Comprendre, Adhérer, Participer, Transférer & Évoluer

À chacune d’entre elles, il faut en mesurer l’effet. Cette démarche permettra de prévoir les réactions humaines face aux changements, que ce soit celles des employés, des gestionnaires, du cédant et du repreneur, d’éviter les dérapages et, surtout, de s’assurer du succès de la démarche de changement.


Au plaisir de vous conseiller,

Marie-Éveline Préville, avocate certifiée en transfert d’entreprise