Ratelle Avocats & notaires

50 conseils de nos avocats et notaires

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir nos conseils par courriel

Menu

1 octobre 2019

Me Marie-Éveline Préville

Avocate et médiatrice accréditée en matière de droit civil et commercial

Dans le rapport de la Banque de Développement du Canada publié en septembre 2018, près de 60 % des propriétaires de PME canadiennes ont 50 ans ou plus et, dans les 5 ans à venir, 41 % des entrepreneurs interrogés prévoyaient quitter leur entreprise. Selon une autre étude publiée par la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain en 2014, 30 % des propriétaires de PME seront contraints de fermer leur entreprise d’ici 2024, faute de relève.

Pour assurer la pérennité de nos entreprises, les entrepreneurs doivent donc se préoccuper de la relève et du transfert de leur entreprise. Les entrepreneurs sont souvent trop occupés à développer leur entreprise; ce sont souvent des hommes ou des femmes-orchestres qui s’occupent de tout. Ils doivent donc se demander : qu’est-ce qui arrive si je disparais du jour au lendemain?

Ce n’est pas un simple processus, alors il est donc important d’y penser. Transférer une entreprise, c’est en transférer les pouvoirs, le savoir et l’avoir.

Les étapes du transfert de l’entreprise

1. Planifier la relève

Il faut commencer tôt à planifier la relève, car c’est un processus complexe. L’entrepreneur doit donc d’abord établir un plan de développement de l’entreprise qui comprendra la planification stratégique, l’identification de la relève, la mise en place d’un plan d’action, le financement de l’opération, le plan de communication et le suivi post-transaction.

2. La planification stratégique

Une bonne planification est la base de la réussite du transfert. L’entrepreneur doit ainsi se poser les questions suivantes : doit-on réorienter nos activités? Comment améliorer l’image de marque de l’entreprise? Comment accroître sa rentabilité? Doit-on revoir la structure organisationnelle?

Le plan de développement devrait comprendre un plan d’affaires pour les cinq (5) prochaines années.

3. Identifier la relève

Il va de soi que l’entrepreneur doit déterminer à qui l’entreprise sera cédée. Ses enfants? Ses employés? Un tiers? Un concurrent?

4. Établir un plan d’action

Le plan d’action regroupe les grandes étapes de réalisation qui incluront un plan de formation et de coaching pour la relève, et ce, que l’entreprise soit transférée aux enfants, aux employés ou à tout autre tiers.

Pour gérer les émotions et faciliter la négociation, il faut mettre en place un comité de transfert et être accompagné d’une équipe solide et multidisciplinaire formée de comptables, de fiscalistes, de conseillers juridiques, de spécialistes en développement organisationnel et de conseillers en ressources humaines.

Dans les cas d’une relève familiale, les émotions et les relations entre les membres de la famille sont des éléments qu’il faut considérer et auxquels il faut accorder toute notre attention. La relève peut s’avérer douloureuse pour le cédant qui a consacré toute sa vie et ses intérêts à son entreprise. De ce fait, cela peut être difficile pour lui de faire confiance à la relève.

Il est fortement recommandé de choisir un accompagnateur externe qui va agir comme médiateur à l’intérieur de la famille. Il s’agit d’un bon mécanisme pour permettre d’aplanir ces difficultés.

5. Financer l’opération

Dans la majorité des cas, l’entreprise est le fonds de pension de l’entrepreneur. Il faut donc obtenir le financement pour permettre à l’entrepreneur de récupérer la valeur de son entreprise pour financer sa retraite.

Avec une aide externe, du financement peut être trouvé auprès des institutions financières, des entreprises de capital de risque, des organismes régionaux qui s’occupent de la relève ou des fonds d’investissement.

6. Plan de communication

Lors du transfert, il faut avoir un plan de communication auprès des employés, des clients, des fournisseurs et des partenaires externes afin de faciliter l’arrivée et l’intégration de la nouvelle direction.

7. Suivi post-transaction

Une fois le transfert complété, il faut faire appel à un accompagnement constant pour s’assurer du transfert des connaissances et mettre en place des indicateurs de performance afin d’évaluer l’atteinte des objectifs.

Il faut également créer un comité de gestion avec les personnes-ressources pour que le repreneur prenne le temps, dans la turbulence des opérations quotidiennes, de réfléchir aux enjeux auxquels il doit faire face.

À RETENIR

Le transfert d’entreprise demande une bonne planification et c’est pourquoi il faut s’y prendre en avance. Pour vous assurer de ne rien omettre dans les différentes étapes, n’hésitez pas à faire appel à un accompagnateur externe.


Au plaisir de vous conseiller,

Marie-Éveline Préville, avocate
Certifiée en transfert d’entreprise

***